Rodolphe Kreutzer

Rodolphe Kreutzer est le fils aîné des cinq enfants survivants d’Elisabeth Trabol (morte en janvier 1785) et de Jean Jacob Kreutzer (mort en novembre 1784), musicien allemand de Breslau et, depuis 17601, musicien d’instruments à vent dans la garnison suisse de Louis XV. Il a été baptisé le 16 novembre dans l’église Notre-Dame de Versailles : Son parrain était Rodolphe Krettly, également musicien au sein du régiment de la Garde suisse et marraine de Louise Vincent.

Son frère cadet est le violoniste et compositeur Auguste Kreutzer (1778-1832) – le fils de Jean Nicolas devient également compositeur et critique musical, Léon Kreutzer (1817-1868).

Il reçoit ses premières leçons de musique de son père, et à partir de 1778, il étudie le violon et la composition avec Anton Stamitz. À l’âge de treize ans, il se fait un nom en interprétant un concerto de Stamitz dans le Concert Spirituel (25 mai 1780)2 et est reçu comme un enfant prodige1.

À Versailles, le 28 août 1788, il épouse Adélaïde-Charlotte Foucard (née le 31 décembre 1771), fille d’Honoré Foucard, valet du comte d’Artois, Adélaïde-Charlotte Foucard (née le 31 décembre 1771). « C’était une femme de très noble disposition, très intelligente et très instruite, et ses parents s’étaient particulièrement occupés de son éducation. C’est certainement grâce à elle que Kreutzer a pu atteindre le poste élevé qu’il a occupé par la suite ; et c’est aussi grâce à elle que sa maison est devenue un centre où une grande variété de célébrités peuvent être accueillies. Elle a été enterrée dans le cimetière parisien du Père-Lachaise (13e section) près du cénotaphe construit à la mémoire de son mari4 et exhumé en 1995.

Au début des années 1780, il a voyagé en Italie et en Allemagne avant de s’installer en France. En Italie, il écoute Viotti. Bien qu’il ait rencontré le musicien, rien n’indique qu’il soit devenu son élève. Néanmoins, il est influencé par son jeu et son style5.
Carrière

En mai 1784, il apparaît dans le Concert Spirituel pour jouer son premier concerto pour violon1. En 1785, il est nommé premier violon de l’Orchestre Royal, sur les traces de son père, avec la faveur particulière de la reine Marie-Antoinette, car il vient de perdre ses deux parents en trois mois et s’occupe de leurs trois plus jeunes enfants. En 1789, il quitte Versailles et s’installe à Paris. Dans l’orchestre du Théâtre Italien, il a pris la place du soliste pour premier violon dans l’orchestre du Théâtre Italien alors qu’il envisageait de composer un opéra. La même année, il est membre de la loge maçonnique parisienne La Concorde 6.

Son premier succès est le 15 janvier 1791 avec Paul et Virginie à l’Opéra-Comique (dont il écrira un ballet en 1806), suivi de Lodoïska le 1er août, qui reçoit encore plus d’ovations que la partition de Cherubini de la même année. Au cours des trois décennies suivantes, il a écrit des opéras – une quarantaine en tout – et en a dirigé les représentations.

À partir de 1793, il est professeur de violon, d’abord à l’Institut national, puis au Conservatoire lors de sa fondation en 1795. Il y reste jusqu’en 18265, date à laquelle le Conservatoire publie 42 Etudes ou Caprices (dont 40 écrits par lui-même), et il fait une tournée en Italie et compose huit concertos pour violon.

1 Avec ses collègues Pierre Rode et Pierre Baillot, il a développé la Méthode de violon du Conservatoire (adoptée en 1803)5 et ensemble, ils ont été les fondateurs de l’École française de violon moderne7, qui se caractérise par un style brillant, une approche objective et un accent un peu expansif sur la poésie. Pendant la campagne d’Italie, il a été membre de la Commission pour la science et l’art après le général Bonaparte.

En 1798, il séjourne à Vienne en compagnie de l’ambassadeur Bernadotte et rencontre Ludwig van Beethoven8 :

« Ce Kreutzer est un homme bon et gentil ; il m’a donné beaucoup de plaisir pendant son séjour ici. Je préfère sa simplicité et son naturel à l’apparence inintéressante de la plupart des virtuoses. »

– Beethoven, Lettre 99, 4 octobre 1804 à son éditeur Simrock.

Pour l’édition de 1805, le compositeur lui a dédié sa Sonate pour violon n° 9, op. 47 (1803), surnommée la Sonate de Kreutzer. L’œuvre est devenue célèbre. En 1889, l’écrivain russe Léon Tolstoï a donné ce titre à l’une de ses œuvres. Cependant, Kreutzer n’a jamais exécuté le travail5, car il le jugeait « incompréhensible ». Louis Spohr écrit à propos des frères Kreutzer que « de tous les violonistes parisiens, ils sont les plus cultivés.

Il a cessé de jouer du violon en tant que soliste en 1810 après s’être cassé le bras lors d’un voyage dans le sud de la France. Néanmoins, il joue dans l’ensemble et garde son poste1. Après la restauration, il est nommé maître de la Chapelle royale, l’année suivante second chef d’orchestre et en 1817 premier chef d’orchestre de l’Opéra de Paris et membre de l’Académie de musique. Il est décoré de la Légion d’honneur en 18241 et devient directeur de l’Opéra jusqu’en 1826. Le style de Kreutzer n’étant plus populaire auprès du public, son dernier opéra, Matilde (vers 1827), est rejeté par la direction. À partir de 1826, sa santé se détériore et il se retire des fonctions publiques.

Rodolphe Kreutzer meurt à Genève le 6 janvier 1831 et est enterré au Cimetière des Rois.

Parmi ses élèves figuraient son frère Jean Nicolas, Charles Philippe Lafont et Joseph Massart .

Compositions de Kreutzer

19 concertos pour violon
Musique de chambre : quintette à vent, quatuors à cordes, trios, sonates pour violon et duos (deux violons, violon et alto, violon et harpe)
Quarante opéras, parmi lesquels Jeanne d’Arc à Orléans (1790), Paul et Virginie (1791), Lodoïska ou Les Tartares (1791), La Mort d’Abel (1810, révision 1825)
Blanche de Provence ou la Cour des fées, opéra en 3 actes, livret d’Emmanuel Théaulon et de De Rancé, musique de Henri-Montan Berton, François-Adrien Boieldieu, Luigi Cherubini, Rodolphe Kreutzer et Ferdinando Paër (1821)
Clari (ballet) (ru), un ballet-pantomime de Louis Milon, Opéra de Paris (Salle Favart, 1820).
42 études ou caprices, pour violon seul (1796), qui est toujours un ouvrage pédagogique connu pour les violonistes.
18 nouveaux caprices ou études (vers 1815)

42 études ou caprices

Les 42 études ou caprices pour violon seul ont été composées par Rodolphe Kreutzer vers 1796.

Les 42 études sont restées un élément essentiel du répertoire d’enseignement depuis leur publication, et constituent aujourd’hui peut-être l’ensemble d’études le plus courant pour les étudiants de niveau intermédiaire et avancé en violon. Elles ont été écrites pour démontrer les possibilités de l’archet de tourte, qui était alors innovant mais qui a depuis été universellement adopté, ce qui signifie que les études de Kreutzer sont hautement applicables au développement de la technique moderne d’archet. Un autre des objectifs didactiques importants de Kreutzer était de développer la fluidité de la contraction et de l’extension de la main gauche, ce qui est également crucial pour les étudiants modernes du violon.

La première édition de la collection, qui date de 1807, comprend 40 pièces.