Pierre Rode

Jacques Pierre Joseph Rode (16 février 1774 – 25 novembre 1830) était un violoniste et compositeur français.

Né à Bordeaux, en Aquitaine, en France, Pierre Rode voyage en 1787 à Paris et devient bientôt l’élève préféré du grand Giovanni Battista Viotti, qui trouve le garçon si talentueux qu’il lui fait payer les leçons gratuitement. Rode a hérité du style de son professeur, auquel il a ajouté plus de douceur et un ton plus raffiné. Il est également enregistré qu’il a fait un usage intensif du portamento. Il collabore avec Baillot et Kreutzer à la Méthode officielle de violon du Conservatoire de Paris, publiée en 1802.

Rode a été le violoniste soliste de Napoléon et a fait de nombreuses tournées aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne. Il a séjourné avec François-Adrien Boieldieu à Saint-Pétersbourg de 1804 à 1809, et a ensuite passé beaucoup de temps à Moscou.

À son retour à Paris, il constate que le public ne répond plus avec beaucoup d’enthousiasme à son jeu. Spohr, qui l’a entendu avant et après son séjour en Russie, écrit que le jeu de Rode est devenu « froid et plein de maniérisme ». Cependant, selon certaines sources, il souffrait d’une infection lymphatique causée par la bactérie streptocoque qui affectait son bras droit, réduisant sa capacité à jouer à l’archet avec force et rapidité.

Ludwig van Beethoven a écrit sa dernière sonate pour violon (op. 96) pour Rode alors que le violoniste était en visite à Vienne. Il joue également de la musique de chambre, mais l’épine dorsale de son répertoire est formée par les concertos de Viotti, qui lui servent de modèles pour ses propres concertos. Ceux-ci, ainsi que les 24 Caprices dans toutes les tonalités majeures et mineures, ont été écrits de 1814 à 1819 lorsqu’il vivait à Berlin.

En 1828, Rode fait une dernière tentative de concert public à Paris. Ce fut un tel fiasco que l’on crut généralement (comme le rapporte Schuenemana, cité ci-dessus) qu’il précipita sa mort, le 25 novembre 1830 au château de Bourbon près de Damazan, dans le Lot-et-Garonne, dans son Aquitaine natale.

Compositions de Pierre Rode

Six duos pour deux violons, op. 1
Concerto pour violon n° 1 en ré mineur, op. 3
Concerto pour violon n° 2 en mi majeur, op. 4
Concerto pour violon n° 3 en sol mineur, op. 5
Concerto pour violon n° 4 en la majeur, op. 6
Concerto pour violon n° 5 en ré majeur, op. 7
Concerto pour violon n° 6 en si bémol majeur, op. 8
Concerto pour violon n° 7 en la mineur, op. 9
Air Varié pour violon solo et trio à cordes, op. 10
Quatuor à cordes n° 1 en mi bémol majeur, op. 11
Concerto pour violon n° 8 en mi mineur, op. 13
Andante varié, Op. 16
Concerto pour violon n° 9 en ut majeur, op. 17
Quatuor à cordes n° 4 en sol majeur, op. 18
Concerto pour violon n° 10 en si mineur, op. 19
Concerto pour violon n° 11 en ré majeur, op. 23
Concerto pour violon n° 12 en mi majeur, op. 27
Concerto pour violon n° 13 en fa dièse mineur / la majeur, op. posth.

Sans numéro d’opus

24 Caprices pour le violon
12 études pour le violon
Exercices pour le Violon
Thème Varié n° 4
Polonaise pour guitare, flûte ou violon
Variations sur Nel cor più non mi sento de La molinara de Paisiello (pour violon et orchestre)
Introduction et variations brillantes, « Air tyrolien » (pour violon et orchestre)